Le numéro un de l’Association des Banques: «Le risque d’une crise financière reste bas»

  • Home
  • Media Articles
  • Le numéro un de l’Association des Banques: «Le risque d’une crise financière reste bas»
daniel essoo
daniel essoo
Dans quelle mesure la crise sanitaire qui a débouché sur une crise économique peut devenir éventuellement une crise financière ?

La crise sanitaire a entraîné une importante réduction de l’activité économique. À Maurice, malgré les difficultés économiques, le risque d’une crise financière reste bas. En termes simples, pour qu’il y ait une crise financière, il faut qu’une proportion importante d’emprunteurs n’arrivent pas à rembourser leurs emprunts. Dans un tel cas, les institutions financières pourraient faire face à un manque de liquidité de manière systémique, ce qui provoquerait une crise financière.

Les banques mauriciennes sont très bien capitalisées (bien au-dessus des seuils prescrits), elles ne prêtent qu’environ 75 % de leurs dépôts, et il y a un excès de liquidités dans le marché. De surcroît, les autorités ont mis à la disposition des banques et des opérateurs économiques des lignes de financement, dont la Mauritius Investment Corporation (MIC), et surveillent étroitement la situation. Tant que ces mécanismes marchent, et que les opérateurs économiques retiennent une certaine visibilité, la crise financière devrait être évitée.